Contact us now
+1-888-846-1732

Elishams, l’Inde où je vis : Sindour

Oxyde de plomb. Poudre rouge utilisée lors des rituels. Appliqué quotidiennement par les femmes mariées sur la raie au milieu de la tête, et par tous les hindous au milieu du front, à l’emplacement du troisième oeil. Ce point rouge se nomme alors la « tika »

Le dictionnaire se contente d’indiquer : poudre rouge obtenue par oxydation. Pour un Hindou, le mot « sindour » évoque une multitude de choses. Il fait partie de tous les rituels d’offrande, et c’est seulement une fois qu’il a été sanctifié qu’il est utilisé : il est devenu du Prashad (prasad).

C’est par l’application de cette poudre sur la raie des cheveux de la jeune fille qui est devant lui qu’un homme en fait sa femme. Tous rituel se termine par une touche de cette poudre sur le front, entre les sourcils. Cette marque se nomme alors « tika ». Différents motifs, ou le remplacement du sindour par du chandan, pâte de santal fraîchement fabriquée en frottant un bout de bois de santal sur un plateau de pierre, indiquent la divinité à laquelle la personne se relie.

De même que le mot « vin » contient en lui cette « Grande Tradition française » dont la plupart des hindous n’ont jamais entendu parler, le mot « sindour » contient une tradition dont la plupart des français ne soupçonnent pas l’existence.

| Accueil | Plan | Haut de la page | Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *