Contact us now
+1-888-846-1732

Elishams, l’Inde où je vis : Sindou et les enfants

Douce et résignée, énergique et appliquée… Sindou subit sa vie… Aucune de mes paroles n’a su réveiller en elle la moindre étincelle de combat.

Photo, à partir de la gauche Renou sa fille aînée, devant la petite Anchou, tout à droite Indou. (Toutes les photos de cette page sont de septembre 2004).

Sindou a été mariée a dans des circonstances particulières. Après la naissance d’Indou, Mamie a été très malade, a subi plusieurs opérations, et ils étaient dans la difficulté… Déonath n’aimait pas la famille qui a finalement été choisie, mais sa femme, malade et inquiète, a insisté. C’est comme ça que les choses se sont passées… Sindou avait tout juste 16 ans !

La belle-famille de Sindou habite près de Sarnath, à une vingtaine de kilomètres de Ramnagar. Son beau-père est mort. Son mari a trois frères. Tous mariés, ils partagent la même maison. Chaque couple dispose d’une pièce, chacun cuisine pour soi.

Elle est la seule à avoir des enfants et cela engendre des tensions, des jalousies. Parfois son mari boit, et lui fait des scènes. Elle s’enfuit régulièrement avec ses petits, reste chez ses parents quelques mois, puis son mari vient la chercher.

Les parents sont pauvres, ils ne peuvent pas la garder à demeure. Je suis intervenue une fois où la jeune femme était particulièrement choquée. Elle est restée presqu’un an sans retourner chez son mari.

Depuis, la situation s’est améliorée… au point que Sindou a enfanté d’une minuscule fillette, à l’automne 2004. Elle s’occupe de ses petits avec beaucoup d’amour, les écoute, répond à leurs questions en souriant lorsqu’ils interrompent nos conversations. Je ne l’ai jamais vu s’énerver… Sindou est devenue une bonne copine. Ses enfants viennent me voir tous les jours. Je leur offre du thé, nous faisons des dessins, ils m’apprennent du vocabulaire. Ils sont sages et intimidés… Je les fais chanter, les enregistre, et leur fais écouter. La surprise joyeuse et les rires qui s’en suivent sont un vrai cadeau !

Jay Ganesh Deva
Matapita Parvati Pita Mahadeva

… Je leur ai demandé de chanter quelque chose après avoir mis le magnéto en route, subrepticement, pour ne pas les intimider. Renou mène le chant de sa petite voix, Prakash tente de suivre, et même de la corriger…

Renou vit chez ses grands parents depuis l’âge de quatre ans. Ils la choient, Indou s’occupe de sa scolarité. Ses frères et soeurs lui manquent terriblement. Lorsqu’ils sont là, elle est transformée : volubile, rieuse, elle saute, légère, telle une gazelle en amour.

Chaque départ de sa mère est un drame. Sindou boucle sa petite valise, Prakash et Anchou mettent leurs habits du dimanche. Le mari est invisible : il attend assis sur le muret au bord du chemin. Les relations sont tendues. Bhabie, Indou, Mamie, les voisines, tout le monde est là. Rénou pleure à chaudes larmes en voyant sa mère, son frère et sa sœur partir. Nous formons cortège jusqu’au tchok. C’est le bidaï, l’adieu.
Description des l’année 2001-2002
À l’automne 2002, sa mère et ses frères et soeurs sont restés à la maison, puis les relations des parents se sont arrangés. Le père a renoué avec Mamie et Déonath et tout le monde. Il a arrété de boire, travaille… Depuis l’automne 2004, Renou est repartie vivre avec sa famille à Sarnath, elle a absolument refusé la séparation, et tout se passe a peu près bien pour elle, aux dernières nouvelles…

Souhaitons leur du bonheur à tous !

| Accueil | Plan | Haut de la page | Texte précédent | Texte suivant |Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *