Contact us now
+1-888-846-1732

Elishams, l’Inde où je vis : SHIVA

Les Hindous disent « Shiuw Ji », « chiou dji », refermant les lèvres à la fin du « ou » comme pour former un « w » qui reste muet. « Shiva », prononcé à l’occidentale, désigne l’aspect féminin du Dieu. C’est un des noms de Parvati, sa Shakti. [1].

Troisième Personne de la Trinité hindoue ou trimurti,
Shiva réunit en lui l’aspect destructif et l’aspect créatif. Il personifie le principe de transformation et d’évolution spirituelle.
Déité patronne de Bénarès, il règne sur le monde intérieur, le monde de l’ombre, la qualité sombre : ce que l’homme doit ouvrir pour parvenir à la Libération de la chaîne des existences (moksh). Il est à la fois un ascète endurci et le Maître de la danse. Maître des Yogis, ses attributs prennent sens en rapport à la quête spirituelle. Maître du Temps, de la Mort, il est souvent représenté assis en posture de méditation sur une peau de tigre, son damru dans une main, son trident dans une autre, dispensant des bénédictions à ses dévots d’une troisième. Les yeux mi-clos, un naga enroulé autour de son cou, un croissant de lune décore sa chevelure de laquelle s’échappe la rivière Gange.

Shiva le roi de la danse. Dans sa main supérieure droite, le damru, petit tambour en forme de sablier

Avant la création de l’univers, les trois qualités ou Guna (sombre, médium, lumineux) existent dans un état d’équilibre statique, de magma indifférencié, de chaos. Shiuw Ji agite son tambour en forme de sablier (damru). La vibration produite détruit l’équilibre, la matière inerte se met en mouvement : c’est la danse cosmique du Dieu.

L’énergie primordiale (Shakti) produite par le mouvement, entre en résonance avec le AUM émanant du tambour de Shiuw Ji : le point (bindu) est crée.
Le point symbolise la différenciation : l’espace contient le point, et l’autour du point. À partir du point, l’univers des formes et des noms se développe.
Au moment venu de la dissolution, Shiva détruit noms et formes par le Feu de son troisième oeil : à nouveau, l’univers retourne à l’immobilité.

Ainsi Shiva réunit en lui l’acte de destruction et de création. Ce double aspect se manifeste dans sa nature androgyne : une représentation le montre moitié homme moitié femme —Ardanarishwar : ardha, moitié ; nari, femme ; ishwar, Dieu. L’aspect féminin du Dieu est sa Shakti, nommée Parvati. De nombreuses histoires illustrent la relation idéale que représente Shiva-Parvati.

Symbolique

Le corps nu couvert de cendre symbolise l’aspect transcendant du Dieu : il n’est pas affecté par le monde physique. La cendre est ce qui reste lorsqu’un corps est brûlé, purifié par le Feu. Le Dieu, immortel a pour terre d’élection les lieux de crémation. Ce sont des lieux de pouvoir souvent fréquenté par les ascètes qui, se tenant face à la mort en méditation, cherchent l’union spirituelle avec le Grand Dieu immortel.

 Le trident (trishul) : il représente les trois qualités (guna), que le Dieu transcende, les trois temps, passé-présent-futur, et plus généralement le principe ternaire. Shiuw JI synthétise en lui les trois aspects de la Trimurti.

 Le damru, tambour en forme de sablier dont chacun des côtés produit un son différent représente les deux aspects de l’existence : manifesté et non manifesté. Lorsqu’il est mis en mouvement, il produit le son primordial AUM. 

 Trois yeux : Soleil est son œil droit, Lune son œil gauche, Feu son troisième œil. Les deux premiers représentent son activité dans le monde physique, unissant masculin (Soleil) et féminin (Lune) ; le troisième, entre les sourcils, est l’œil de la connaissance et du pouvoir spirituel, percevant passé, présent, futur, réunis comme les trois rivières dans la Sangam de Prayag. L’œil de Feu peut anéantir : alors qu’il méditait, le Dieu de l’Amour vint lui lancer une flèche. Ouvrant son troisième œil, Shiuw Ji le réduisit en cendre. Le monde ne pouvant se maintenir sans Amour, les autres Dieux firent renaître Kamadev.

 Le croissant de lune : Lune, croissant et décroissant, marque le cycle du temps au cours duquel la création évolue. Shiva est Mahakal, le Grand Temps.

 Le cobra (naga) enroulé en trois anneaux autour de son cou : le cobra est solitaire, vit dans la jungle et les montagnes, a une fréquence respiratoire extrêmement lente, peut rester longtemps sans manger. Son venin mortel, stocké derrière les yeux, symbolise le pouvoir yogique : Shiuw ji, comme le montre l’histoire du barattage de la mer de lait, supporte les poisons les plus forts. L’oreille interne du cobra le rend extrêmement sensible aux vibrations du sol et aux infrasons transmis par l’air. Sa grande sensibilité à la plus petite variation de chaleur lui permet de localiser sa proie infailliblement. Le Naga symbolise également l’énergie enroulée à la base de la colonne vertébrale, la Kundalini shakti, que l’ascète déroule par des techniques respiratoires. L’ascèse dégage de la chaleur (ascèse=tapas, tap=Feu) pour l’unir au Brahm suprême, au sommet du crâne (yog = union).

Les trois anneaux du cobra symbolisent, entre autre, les trois états de conscience : éveil, rêve, sommeil profond.

 Le Gange, jaillissant de sa chevelure, détruit les péchés et l’ignorance. Ainsi, Shiuw Ji accorde grâce et bienfaits à ses dévots.

Nandi
Sur sa tête, on reconnaît les feuilles de Bilwa, chères à Shiuw Ji, auquel il sert de « monture »

 Sa monture est le taureau Nandi, symbole de fertilité.

Le Grand Dieu a cent huit noms. Parmi les plus utilisés se trouvent Mahadev, Mahesh, ces deux mots signifiant tous deux « Grand Dieu » ; Shankar donne le bonheur, Shambu la prospérité ; Hara détruit les maux, Pashupati protège les animaux, Mahamritunjay vainc la mort, Aumkar fait le Aum, Tripurari détruit les trois mondes ; Nataraj est le roi de la danse, Suresh est le Dieu des dieux, Nilkanth a la gorge bleu, Vishvanath, le seigneur de l’Univers… tous ces attributs sont des noms de Shiuw Ji. Tout cela est perturbant pour la logique occidentale habituée à des catégories étanches…

Haré Haré Mahaaadeev !

Célébration

 Mahashivaratri, la Grande nuit de Shiva, a lieu chaque année à la lune noire de Magh.

 Durant le mois lunaire de Shravan (juillet-août),
 Les lundi de chaque semaine de l’année
 Chaque pleine lune et nouvelle lune

A ces moments, les dévots implorent la grâce du Grand Dieu et se rendent aux temples offrir de l’eau du Gange, du lait, des feuilles de Bilwa, de la pâte de santal, des fleurs…

[1] Source : les gens, tous, et le dictionnaire Mc Gregor, HINDI-ENGLISH DICTIONARY confirme : Shiva est l’un des noms de Parvati, son aspect créateur, donc féminin

| Accueil | Plan | Haut de la page | Texte précédent | Texte suivant |Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *