Contact us now
+1-888-846-1732

Elishams, l’Inde où je vis : Sacré kitch

Le chariot d’Arjuna se découpe sur le ciel si particulier des temps de moussons… Shiva boit le poison qui lui a valu le nom de « Gorge Bleue », Nilkanth… Nous entrons dans l’univers des grands héros… Car finalement, les Dieux ne sont pas autres chose que cela. Et c’est déjà beaucoup !

A la sortie d’Haridwar sur la route de Rishikesh fourmillent temples immenses et lieux d’hébergement pour les innombrables pèlerins. Tous plus kitch les uns que les autres… Le « Krishna pranami nijdham mandir » est l’un des rares autorisant les photographies à l’intérieur de son enceinte. L’histoire du Barattage de l’Océan de Lait est représentée grandeur humaine, ou divine, comme on voudra.

Barattage de l’Océan de Lait, détail démoniaque

Govardhan

Dans la cour du même temple, c’est l’histoire de Govardhan qui est représentée : Krishna tient la colline au-dessus de ses dévots pour les protéger du déluge. Nous sommes toujours à grandeur humaine. Impressionnant…

Ganesh, symbole de l’univers

Un peu plus loin, un autre temple. Seule l’entrée est photographiable, et mal car je suis à contre jour. A l’intérieur des scènes du Mahabarata

Le temple de Mère Inde

Encore un peu plus loin, le Bharat Mata Mandir, ou « temple de Mère Inde ». La foule est au rendez-vous… Un ascensceur distribue les étages, et si vous voulez savoir ce qui s’y trouve, il vous faudra faire la queue.

Le feu des sept rishi

Au bout du décroché, avant de rejoindre la grand route, le Sapta rishi ashraam, ou « ashram des sept sages ». Un endroit paisible, peu visité… Au centre, le « douni », foyer traditionnel des sadhus et saints hommes. Un feu sacré y est entretenu jour et nuit.

| Accueil | Plan | Haut de la page | Texte précédent | Texte suivant |Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *